3.4 C
Munich
samedi, novembre 27, 2021

Joker marocain dans la ruée mondiale vers le GNL

Doit lire

C’est un port dont la fin des travaux et l’entrée en service se font toujours attendre, mais qui voit déjà l’avenir s’annoncer sous de bons auspices. Nador West Med, puisque c’est de ce port que l’on parle, pourra pleinement tirer profit des nouvelles évolutions que connaît l’univers du transport maritime.

« La récente règle appelée OMI 2020, entrée en vigueur le 1er janvier 2020, limite à 0,5 % la teneur en soufre permise dans le carburant utilisé par les navires commerciaux à l’échelle mondiale. Comparé au fioul lourd, les émissions du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) sont abaissées de 99 % pour l’oxyde de soufre. Un navire de haute mer sur deux recourra au GNL en 2050. Nador West Med devra donc surfer sur la filière GNL », préconise le professeur Najib Cherfaoui, expert portuaire et maritime.

Pour faire plus simple, Nador West Med pourra jouer le rôle de « station-service » au profit des navires de haute mer qui passent par les côtes marocaines. Des côtes qui voient passer environ 80% du transport maritime mondial. Et pour ce faire, cette nouvelle plateforme méditerranéenne devra miser sur l’acheminement et le stockage du GNL.

Affaire rentable

Il est vrai que le Maroc ne dispose pas encore de cette ressource, mais le royaume peut en être un acteur déterminant. « Comparée à celle des pays voisins qui disposent de gaz, la situation géographique du Maroc est plus rentable pour les armateurs. Donc, tous préféreront ravitailler leurs navires depuis le Maroc, pour ensuite mettre le cap sur l’Afrique ou ailleurs, plutôt que de perdre du temps et de l’énergie, à aller se ravitailler plus à l’Est », note un expert maritime.

Le Maroc pourra ainsi rentabiliser ses importations gazières, en mettant en valeur sa position géographique idéale au service du fret maritime mondial. A ce propos, il faut noter que le complexe portuaire de Nador West Med disposera, entre autres installations, d’un terminal hydrocarbure avec 3 postes pétroliers de 20 m de profondeur. En termes de capacités annuelles, cette infrastructure permettra de traiter plus de 25 millions de tonnes d’hydrocarbures.

Industrie gazière

Globalement, il est aujourd’hui possible de miser sur l’émergence de toute une industrie gazière sur la rive méditerranéenne du Maroc, en jouant sur la complémentarité entre Tanger Med et Nador West Med. Une ressource et une technologie à exporter par la suite vers d’autres plateformes portuaires nationales en émergence, notamment Jorf Lasfar.

En tout cas, pour le futur port Nador West Med, c’est une trouvaille de taille, facilitée par l’évolution de la réglementation dans le transport maritime. « Le Maroc est un pays qui ne dispose pas de gaz comme ressource naturelle, mais qui se retrouve en mesure de jouer le rôle de pivot, par sa position de carrefour », renchérit un observateur de la question énergétique. Cela, d’autant plus que selon la règle OMI 2020, signée par ailleurs par le Maroc, plus aucun navire ne pourra entrer dans les ports américains et européens s’il n’a pas de dispositif permettant la possibilité d’éliminer le souffre contenu dans son carburant. 

Complexe industrialo-portuaire

Pour rappel, le port Nador West Med, actuellement en construction sur la baie de Betoya (province de Nador), constitue un nouveau jalon de l’ambition maritime du Maroc, avec pour objectifs d’améliorer davantage la connectivité du royaume et de contribuer à l’essor de la région de l’Oriental.

Nador West Med se veut un complexe industrialo-portuaire intégré doté d’un grand port en eau profonde, avec des capacités importantes pour le transbordement des conteneurs, et d’une plateforme industrielle, destinée à abriter les métiers mondiaux du Maroc et qui sera développée sur une zone franche adossée au port. Il s’agit d’une nouvelle locomotive portuaire destinée à renforcer le rôle maritime et portuaire du Maroc dans la région de la Méditerranée occidentale et drainer une partie de l’activité maritime mondiale, tout en étant une plateforme visant à assurer l’approvisionnement du Maroc en produits énergétiques.

- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernier article