3.4 C
Munich
samedi, novembre 27, 2021

La psychologie du sport débattue à l’Université Ibn Tofaïl

Doit lire

En vue d’échanger et de partager les expériences et les résultats de recherche sur les différents aspects de la psychologie et des performances sportives, l’Institut des métiers de sport de l’Université Ibn Tofaïl a organisé, du 21 au 23 octobre, un colloque international sur la psychologie du sport.
Dans son allocution introductive, le Pr Driss Daoui, directeur de l’Institut des métiers de sport, a indiqué que le programme scientifique de ces journées vise à répondre aux attentes des universitaires et des chercheurs en psychologie du sport, des étudiants qui se forment dans ce domaine, des professionnels du secteur sportif, ainsi que des professionnels de santé confrontés aux difficultés associées à la prise en charge des sportifs.
Évoquant l’aspect individuel de la pratique sportive, Pr Daoui a mis l’accent sur le rôle du mental et la dimension psychologique qui, selon lui, constituent les facteurs essentiels de l’épanouissement par et dans le sport. «Les athlètes les plus forts se trouveraient parmi les plus équilibrés, parmi les plus sociables et parmi ceux qui ont le meilleur contrôle de leurs émotions», a-t-il indiqué.

Prenant la parole, le Pr Azzedine El Midaoui, président de l’Université Ibn Tofaïl, a mis en exergue les moyens matériels et humains importants qui ont été mobilisés et les grands efforts qui ont été déployés pour la réalisation d’un Institut supérieur de sport aux normes internationales requises, que ce soit en matière d’infrastructures ou de formation. Après avoir passé en revue les principales formations qui seront dispensées et qui couvrent plusieurs disciplines sportives individuelles et collectives, Pr El Midaoui a tenu à préciser que l’Institut des métiers de sport de Kénitra contribuera de manière efficiente à combler le déficit qu’accuse notre pays en cadres sportifs et en ressources humaines de haut niveau.

Considéré comme l’un des plus grands experts internationaux en psychologie du sport, le Pr Denis Hauw de l’Université de Lausanne (Suisse) a, dans une déclaration au journal «Le Matin», salué les organisateurs pour le choix de cette thématique qui, a-t-il précisé, revêt une grande importance dans un monde de plus en plus compétitif, à la fois pour accompagner le développement d’un sportif et pour produire de la performance, à l’abri de toute dérive et de toute pratique néfaste.
«En ce qui concerne la formation des entraîneurs ou dans le domaine académique lié au sport, le facteur mental n’était pas pris auparavant en considération. Par la suite, cette dimension a commencé à prendre une importance capitale dans les programmes d’enseignement, ce qui a donné naissance à une nouvelle génération de cadres et de professionnels qui ont intégré l’aspect mental dans les entrainements et dans la formation des sportifs. Aujourd’hui, on change de période et c’est la psychologie qui a pris le dessus sur le physique», a-t-il souligné.

À noter que l’ensemble des intervenants et des invités de marque de ce colloque ont été unanimes à souligner que la psychologie du sport joue un rôle important dans le développement, le bien-être et la santé de la personne.
Dans une déclaration à la presse, Nezha Bidouane, double championne du monde (1997 et 2001) et médaillée de bronze aux JO de Sydney en 2000, a mis l’accent sur l’importance de la dimension psychologique dans l’épanouissement individuel et la réalisation d’exploits sportifs. «Grâce à mon entraîneur de l’époque, Aziz Daouda, qui était également l’un des grands experts dans le domaine de la psychologie sportive, j’ai pu monter, à plusieurs reprises, la plus haute marche du podium au niveau mondial. Je n’aurais jamais réalisé de telles performances si le mental n’y était pas», a-t-elle conclu. 

 

 

- Advertisement -spot_img

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Dernier article